REPERTOIRE DES MONNAIES MEDIEVALES D'ALSACE / 2017

Monnayage impérial, épiscopal, féodal, municipal, obsidional en Alsace
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 02. Rothau se transforme fin XVI Siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antédiluvien
Admin
avatar

Messages : 1157
Date d'inscription : 19/05/2009
Age : 50
Localisation : 67 / Dans un trou antédiluvien d'Alsace ou un champ, un bois, une vigne, ou à la Bierstub!

MessageSujet: 02. Rothau se transforme fin XVI Siècle   Mer 11 Fév - 19:36

Rothau se transforme fin XVI Siècle

Dans les dernières années du 16 ème siècle, Rothau se transforme à vue d'œil. Il faut dire qu'il y a un nouveau seigneur, et pas n'importe qui : Georges-Jean 1er de Bavière de Veldenz, Comte palatin, beau-fils du Roi de Suède, et maître de forge dans l'âme.

Quand on pense qu'il y a peu, la famille Holweck au sens large constituait presque toute la population de Rothau! Maintenant, leur moulin paraît bien peu de chose à côté de la grande usine : deux hauts fourneaux plus un troisième de fonte ; quatre affineries ; et même une forge à platiner, support de tous les rêves secrets de Monseigneur le Comte palatin.

Ne le dites à personne et surtout pas Monseigneur l'Empereur : une platinerie, cela sert, comme son nom l'indique, à produire des pièces plates.

Des pièces … Comme de la monnaie ? Chut … vous en avez trop dit ! Imaginez la réaction de Monseigneur l'Empereur s'il s'apercevait que son vassal de Veldenz songe à battre monnaie. Il serait bien capable d'envahir le Ban pour empêcher son ambitieux seigneur de se prendre pour un roi.

Et pourtant, le Herri-Hans ne voit rien d'extraordinaire dans ses prétentions. N'est-il pas Comte Palatin, et mari de la fille du roi de Suède? Ce n'est pas un petit seigneuriot local, et il n'a aucune intention de se conduire comme tel.

Donc, que lui manque-t-il pour battre monnaie ? Une platinerie ? Il l'a maintenant. De l'argent à platiner? Il en aura bientôt. Les sites de Belmont et de Wildersbach semblent pouvoir en fournir quelques chlaoueyottes. Et, s'il faut rogner un peu sur les quantités d'argent employées à la fabrication des pièces, on le fera. Qui osera l'interdire à Monseigneur le mari de la fille du roi ?

Rothau grandit chaque jour, et commence à faire figure de haute ville. Comme les principales mines de fer y sont situées, le seigneur l'a choisie pour y implanter sa grande fabrique, et même son neuf schloss. La vallée de la Rothaine est devenue la vallée principale, quoique la justice reste à Waldersbach. On voit arriver des dizaines de personnes : mineurs, fondeurs, simples paysans. D'où vient-il, ce Hans Becker, tisserand ? Et ce Hans Bengel, charpentier ? Et ces Blaise, Dallion, Fischer, Franzwei, Maréchal, Mayer, Zimmermann, et j'en passe ?

Il est vrai qu'il y a de l'ouvrage, même pour qui n'est pas mineur.

Il faut d'abord transporter le minerai jusqu'à la forge, dans de grandes cherpeyes de vannerie, tirées par six grands grébis, que l'on appelle des bennes. Chacune ne peut faire que deux voyages dans la journée.

Pour fondre le minerai, il faut du charbon de buo. Ce qui veut dire abattre le bois, puis construire la meule en empilant les tronces, puis la laisser cuire en la surveillant. Une fois le charbon obtenu, reste à le transporter jusqu'à Rothau, toujours dans les bennes de vannerie tirées par des bœufs. Deux fermes seigneuriales, les "censes", entretiennent plus de cinq cent bœufs. Il en sera ainsi tant que les transports reposeront sur l'énergie animale : toute fabrique aura pour annexe fermes, prés, chtayes et fouariques, et engendrera un incessant ballet de bœufs tirant des bennes.

Il faut les fouarer très souvent, ainsi que les chevaux, car les voyages sur les sentiers de montagne, lourdement chargés, usent les fers à grande vitesse.

Qui gagne, qui perd, à toutes ces transformations ? Difficile à dire. Il arrive que les serfs soient employés aux mines au titre de la corvée : ils n'y gagnent donc que du travail en plus. Le salaire des voituriers est relativement élevé : un florin la journée. Mais les prix grimpent plus vite que les salaires. Depuis la découverte de l'Amérique, il y a de l'argent-métal à ne pas savoir qu'en faire (enfin, pour certains), et sa valeur chute en proportion.

En revanche, les possibilités nourricières du Ban de la Roche ne sont pas extensibles, et la terre n'y est pas devenue meilleure depuis que la population a explosé. L'agriculture est toujours aussi peu productive qu'autrefois, et l'élevage l'est moins. Le Ban de la Roche possède un riche tapis d'herbe mais, une fois nourris les cinq cent haut bœufs des mines, il n'en reste guère pour les animaux qui fournissent à manger. Le seigneur interdit de faire paître des moutons avec les bovins. Quant aux porcs, on en nourrit un ou deux avec les déchets, mais il devient de plus en plus difficile de les mener à la glandée, c'est à dire de les faire se nourrir en forêt, avec les glands des chênes. Il y a chaque année moins de bois, moins de glands et plus de restrictions dans l'usage des parcours.

Déséquilibres et tensions se multiplient.

ELEMENTS GENEALOGIQUES

Ascendance de Georges-Jean de Veldenz;
pedigree of Georges-Jean de Veldenz, lord of Le Ban de la Roche;
note the links to the Swedish royal family

Génération 1
1 Georges-Jean de Bavière, né en 1543 ; comte palatin de Veldenz en 1544 ; décédé en 1592 à l'âge de 49 ans ; marié en 1562 avec Anne-Marie WASA 1545-1610, fille du Roi de Suède, dont : Georges Gustave de VELDENZ de BAVIERE 1564-1634 ; Jean Auguste 1575-1611 ; Louis-Philippe 1577-1601 ; Georges-Jean II de LUTZELSTEIN-GUTTENBERG de BAVIERE 1586-1654

Génération 2
2 Robert Ruprecht de Bavière, Comte de Remiguisberg ; 1506-1544

Génération 3
4 Alexandre Wittelsbach des Deux Ponts de Bavière, Comte de Veldenz, 26 novembre 1462 - 31 octobre 1514 ; marié le 21 janvier 1499 avec Marguerite de HOHENLOHE-NEUENSTEIN 1480-1552, dont Louis_II Wittelsbach de BAVIERE (1502-1532) et Robert Ruprecht de BAVIERE (1506-1544) ; 5 Marguerite de HOHENLOHE-NEUENSTEIN 1480-1552.

Ascendance d'Anne-Marie Wasa;
pedigree of Anne Marie Wasa, daughter of the King of Sweden,
wife of Georges-Jean de Bavière de Veldenz

Génération 1
1 Anne-Marie Wasa, 1545- 1610, épouse de Georges-Jean de Bavière de Veldenz

Génération 2
2 GUSTAVE Ier Eriksson WASA, roi de SUEDE, né en 1496 à Lindholm, décédé le 29 septembre 1560 à Stockholm ; marié en 1531 avec Catherine de SAXE-LAUENBOURG (1513-1535), dont ERIK XIV le Fou WASA (1533-1577) ; marié en 1536 avec Marguerite LEJONHUFVUD (1514-1551), dont JEAN III de SUEDE (1537-1592), Cécile WASA (1540-1627), Magnus WASA (1542-1595), Anne-Marie WASA (1545-1610), CHARLES IX de SUEDE (1550-1611) ; marié en 1552 avec Catherine STENBOCK (1536-1621) ; 3 Marguerite LEJONHUFVUD, Princesse de Saxe-Lauenbourg, 1514 -1551

Génération 3
4 Eric JOHANNSONN WASA de RYDBOHOLM, Chevalier, Sénateur, 1470- 1520 5 Cécile CARLSON, décédée en 1523
6 Eric LEJONHUFVUD

-> Seigneurs du Ban de la Roche
descendant de Georges-Jean de Veldenz et d'Anne-Marie Wasa
Lords of Le Ban de la Roche descended from Georges Jean de Veldenz and Anne-Marie Wasa

Génération 1
Georges-Jean de Bavière, né en 1543 ; comte palatin de Veldenz en 1544 ; décédé en 1592 à l'âge de 49 ans ; marié en 1562 avec Anne-Marie WASA 1545-1610, fille du Roi de Suède, dont Georges Gustave de VELDENZ de BAVIERE 1564-1634 ; Jean Auguste 1575-1611 ; Louis-Philippe 1577-1601 ; Georges-Jean II de LUTZELSTEIN-GUTTENBERG de BAVIERE 1586-1654

Génération 2
Georges Gustave de Veldenz de Bavière ; Comte palatin de Veldenz ; 1564-1634 ; marié le 17 mai 1601, à Zweibrücken, avec Marie-Elisabeth des DEUX-PONTS (1581-1637), dont : Anne-Madeleine 1602-1630 ; Jean-Frédéric 1604-1632 ; Georges-Gustave 1605-1605 ; Elisabeth 1607-1608 ; Charles-Louis de VELDENZ 1609-1631 ; Wolfgang-Guillaume 1610-1611 ; Sophie-Sibylle 1612-1616 ; Marie-Elisabeth 1616-1649 ; Marie-Amélie 1621-1621 ; Madeleine-Sophie 1622-1691 ; Léopold-Louis de VELDENZ 1625-1694

Génération 3
Léopold-Louis de Veldenz ; 1625-1694 ; Comte palatin ; marié avec Agathe-Christine de HANAU-LICHTENBERG 1632-1681, dont : N 1649 ; Anne-Sophie 1650-1706 ; Gustave-Philippe 1651-1679 ; Elisabeth-Jeanne 1653-1718 ; Christine 1654-1655 ; Christine-Louise 1655-1656 ; Christian-Louis 1656-1658 ; Dorothée 1658-1723 ; Léopold-Louis 1659-1660 ; Charles-Georges 1660-1686 ; Agathe-Eléonore 1662-1664 ; Auguste-Léopold 1663-1689

Qui était le seigneur effectif du Ban de la Roche époque par époque ?

1584-1592 : Georges-Jean
Georges-Jean de Veldenz achète le Ban de la Roche en 1584 et meurt en 1592 ; c'est le "Herri-Hans", le seigneur mythique ; même si, à bien lire les dates, le développement minier, dont il a donné l'impulsion première, se produit plutôt sous son fils Georges-Gustave

1592-1634 : Georges-Gustave

1634 - environ 1644 : Marie-Elizabeth des Deux Ponts, veuve Veldenz ; exerce la régence au nom de son fils mineur Léopold-Louis

environ 1644- 1694 : Léopold-Louis ; c'est un seigneur très théorique ; il voit le pouvoir lui échapper du fait du grignotage de la France ; de plus, il subit de nombreux deuils (voir les dates de naissances et de décès de ses enfants) et perd en particulier tous ses fils de façon prématurée ; déprimé, il mène une vie de plus en plus retirée

1694-1723 : "les trois princesses" ; ce sont les trois filles survivantes de Léopold-Louis (Anne-Sophie, Elizabeth-Jeanne et Dorothée) ; en réalité, leur titre exact est "Comtesses Palatines", mais, compte-tenu de l'importance d'un Comte Palatin en terre germanique, le terme "princesses" est très approprié pour les désigner ; la dernière, Dorothée, meurt en 1723 ; leur pouvoir est très théorique ; en fait, la France est déjà le vrai maître, mais elle a la politesse d'attendre la mort de ces femmes qui n'ont jamais gêné personne.

_________________
"Tous, nous sommes portés par un penchant irrésistible à désirer connaître la science,
en laquelle nous estimons qu’exceller est une belle chose." Cicéron.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.geopre.fr/
 
02. Rothau se transforme fin XVI Siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médaille-enseigne du XVIe/XVIIe siècle - St-Quentin
» Armoiries des plus belles unités navales du 20 ème siècle
» [Van Cauwelaert, Didier] La nuit dernière au XVème siècle
» Liste Alamans Ve siècle: suggestions néophytes
» Reconstruction "grandeur" de la frégate Hermione (XVIIIéme Siècle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REPERTOIRE DES MONNAIES MEDIEVALES D'ALSACE / 2017 :: Monnayage du LANDGRAVIAT DE BASSE-ALSACE (XIII-XVII S.) :: Rothau, vallée de la Bruche-
Sauter vers: